A PROPOS DU MUSEE

CHHAY VISOTH, Directeur du Musée

A quoi ressemble une semaine-type de travail pour vous ?

Je travaille tous les jours de la semaine. La plupart de mon temps est consacré au musée afin d‘assurer une bonne communication entre le personnel du musée et nos partenaires internationaux. Les membres du personnel travaillent dans différents domaines. On peut citer notamment les sections Education, Expositions, Archives et Conservation. Ensemble, nous avons créé un plan d’action pour cette année. Une partie de mon travail consiste à opérer en étroite collaboration avec mes équipes pour maintenir une qualité de travail. Je passe aussi beaucoup de temps à réfléchir sur les possibilité d’améliorer les services proposés aux visiteurs.

Quels sont les aspects de votre travail que vous préférez ?

Je suis archéologue de formation. Je suis donc naturellement très enthousiaste à l’idée de travailler dans un site commémoratif. Ceci revêt une importance historique primordiale. La tâche que je préfère dans mon travail concerne le développement du site historique en un musée actif qui répond aux besoins du public. Je suis très satisfait lorsque je vois que les visiteurs ont eu une expérience significative ici en raison des efforts de mon personnel. Ceci dit, la partie la plus gratifiante de mon travail reste l’esprit d’équipe de mon personnel, qui partage un engagement et un dévouement à la hauteur des progrès du musée.

Quel sont les challenges dans votre travail quotidien ?

La tâche la plus compliquée pour moi concerne la création de contenus destinés à attirer les visiteurs locaux. Je trouve qu’il est important de développer des outils créatifs afin d’éduquer les Cambodgiens au sujet de leur histoire tragique. J‘aspire à une augmentation du nombre de visiteurs locaux. Ceci implique un changement dans la perception du Musée par la population locale. En d’autres mots, de passer d’un lieu qui évoque la peur à un lieu qui inspire la paix et l’unité dans la société cambodgienne. Et ce spécialement pour les jeunes générations.

Quels ont été les projets les plus notables sur lesquels vous avez travaillé ?

Notre programme éducatif a été très réussi.Nous nous rendons dans les écoles publiques locales au moyen d’une exposition mobile relative au musée et à son histoire. Ceci est entrepris afin de mieux renseigner les jeunes sur l’histoire des Khmers Rouges. Cette sensibilisation a contribué à la prise de conscience de l’importance de préserver le Musée en tant que site commémoratif. J’ai également reçu de très bons commentaires sur les progrès matériels que nous avons apportés au Musée au cours des deux dernières années. A titre d’exemple, nous avons rajouté une salle de méditation et de réflexion par de la musique traditionnelle khmère et des chants Smoth. Aujourd’hui, nous disposons également d‘une salle d’Animation pour les jeunes visiteurs et nous développons une bibliothèque de recherche. Ces améliorations s’intègrent dans notre objectif de créer un musée actif qui aide les visiteurs à mieux comprendre et traiter l’histoire macabre de la période Khmer rouge. Ceci afin d’empêcher toute répétition.

Qu’aimeriez-vous réaliser pour le musée dans les années à venir et quelle contribution voulez-vous lui apporter?

Je voudrais que ce musée soit considéré comme un site mémoriel important, aussi bien pour les Cambodgiens que pour les visiteurs internationaux. Que celui-ci non seulement éduque, mais contribue également à la résilience et à la réconciliation sur cette sombre histoire. Je pense en particulier aux jeunes. J’espère que j’apporterai ma contribution en faisant en sorte que le Musée du Génocide de Tuol Sleng les inspire à devevnir des messagers de la paix pour notre pays et pour le monde en général.

Pour plus d'informations: