A PROPOS DU MUSEE

HOR CHANLEAKSMY, Guide touristique & Membre de l’ Equipe Education

Comment avez-vous commencé à vous impliquer dans le Musée du Génocide de Tuol Sleng?

J’ai postulé pour travailler au musée en 2005 et j’ai été sélectionné en 2006. Au cours de la première année de mon travail, j’ai travaillé avec un CDI en réponse à ma demande de candidature pour travailler aux tâches de nettoyage et à la réception. A cette époque, je ne pouvais pas obtenir une meilleure position parce que ma connaissance du musée était encore trop pauvre. Deux ans plus tard, j’ai été choisi pour intégrer l’Équipe Education du musée, et en 2012, j’ai été promu pour faire partie du personnel officiel du gouvernement. En raison de ma longue expérience dans l‘organisme, j’ai demandé un nouveau poste de guide touristique, mais je devais d’abord étudier l’histoire de la période Khmer rouge et m’entraîner avec les guides expérimentés. Enfin, j’ai été approuvé comme guide touristique en 2013.

Quelle est la partie la plus difficile de votre travail en tant que guide touristique?

C’est moralement éprouvant de regarder les photos des enfants et des bébés qui font partie des victimes et d’ensuite expliquer aux visiteurs ce qui leur est arrivé. Je ne peux même pas imaginer la tristesse des parents quand ils ont été amenés à S-21 avec leurs enfants. Les Khmers rouges ont tué les bébés devant les yeux de leur mère. J’ai du mal à imaginer la souffrance que les mères de ces enfants ont dû resentir.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce que vous faites?

C’est un travail important et la responsabilité de raconter la terrible histoire du Cambodge à la prochaine génération et au monde en général. Il est crucial de savoir comment l’on vivait à cette époque et d’empêcher que de telles circonstances se reproduisent.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur une de vos expériences préférées au Musée?

En plus de travailler comme guide touristique, je suis également membre de l’équipe d’éducation. Nous avons établi un programme pour rendre visite aux lycéens des degrés inférieur et supérieur dans les écoles et leur enseigner l’histoire de la période Khmer rouge et celle de l’ancienne prison S-21. Beaucoup d’étudiants s’y intéressent et ont de nombreuses questions. J’apprécie vraiment celles-ci. De plus, je crois que les élèves diffuseront ce qu’ils ont appris de notre visite à leurs amis et essayeront d’en apprendre davantage sur l’histoire des Khmers Rouges.

Pour plus d'informations: